Ouvrir la recherche
Actualité

La Mairie du 12e s’engage contre les violences patriarcales

Mise à jour le 24/11/2020
« Lutter contre les violences sexistes, les violences patriarcales, c’est une tâche immense parce que c’est lutter contre un ensemble d’oppressions », déclare Alice Coffin dans l’une des vidéos réalisées par la Mairie du 12e arrondissement de Paris pour célébrer la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, le 25 novembre. Pour l’occasion, 9 élu·es de la majorité municipale ont répondu à des questions, notamment portées par des associations de l’arrondissement, pour définir et engager une trajectoire collective en faveur de l’égalité et de la lutte contre les violences patriarcales.
« Les questions féministes sont un sujet transversal », souligne Emmanuelle Pierre-Marie, Maire du 12e. « Nous avons la volonté de penser et intégrer des actions politiques visant à l’égalité des femmes et des hommes, et de ce dans tous les aspects de la mandature. » Sport, aménagement de l’espace public, santé, budget, etc. : aujourd’hui, le 12e annonce un certain nombre de mesures pour s’engager très concrètement dans une mandature féministe.

Une journée pour célébrer la lutte contre les violences patriarcales

Aujourd’hui, la violence à l’égard des femmes et des filles constitue l’une des violations des droits humains les plus répandues, les plus persistantes et les plus dévastatrices dans le monde. Elle demeure l'une des moins signalées en raison de l'impunité, du silence, de la stigmatisation et du sentiment de honte qui l'entourent. C’est pourquoi le 25 novembre a été choisie comme date de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, soutenue notamment par l’Organisation des Nations-Unies.
La violence à l'égard des femmes comprend notamment, les formes de violences physiques, sexuelles et psychologiques, telles que les coups, violences psychologiques, viol conjugal ou féminicide, la violence sexuelle et le harcèlement, le trafic d'êtres humains, la mutilation génitale féminine ou le mariage précoce.
Visuel énumérant les numéros utiles en cas de violence : 17 en cas de danger immédiat, 3919 pour un conseil ou une écoute, 114 pour un signalement par SMS, 119 pour Enfance en danger, 0800 05 95 95 pour Viols Femme Informations

Dire aux femmes du 12e arrondissement : « Nous sommes là. »

Cette année, les manifestations et marches organisées par les mouvements féministes pour le 25 novembre se voient largement annulées en raison du confinement. Malgré tout, et pour contrer ce risque d’invisibilisation du sujet dans l’espace public, la Mairie du 12ème, emmenée par une Maire résolument féministe, veut envoyer un signal fort en ce 25 novembre. Suite à une rencontre avec plusieurs associations luttant pour les droits des femmes, les élu·es ont recueilli certaines de leurs questions pour y répondre, sous la forme de vidéos diffusées les 24 et 25 novembre, pour la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. « Le but, c’est de dire aux associations féministes, aux militantes, à toutes les femmes cibles des violences : nous sommes là », explique Alice Coffin, conseillère déléguée auprès de la Maire du 12e en charge de l’égalité femme-homme et de la lutte contre les discriminations. « Pas juste moi en tant qu'élue, mais tou·tes les élu·es du 12e. »

Ce contenu est hébergé par www.facebook.com
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

Des associations féministes du 12e interrogent les élu·es sur leurs actions en matière d’égalité

Comment impliquer les femmes dans l’aménagement de la ville ? Quelles mesures sont prises pour redynamiser un véritable réseau de lutte contre contre les violences faites aux femmes dans le 12e ? Comment intégrer la question de l’égalité des genres dans toutes les politiques publiques ? Ces questions, posées par les associations telles que La Maison des Femmes de Paris ou Renaissance Femmes Syrienne, permettent à chacun·es des élu·es dans leurs délégations respectives, d’acter avec détermination l’importance d’une lutte pour les droits des femmes dans tous les sujets de la vie publique. « Nous ne lutterons pas efficacement contre la terreur des violences patriarcales, au plan politique sans impulser dans chacune de nos actions dans le 12e des attitudes, des politiques publiques, des budgets, des discours féministes », annonce Alice Coffin.

La prise en charge des victimes est une priorité

Dans cette série de neuf vidéos diffusées tout au long de la journée du 25 novembre, les élu·es abordent des sujets très divers pour montrer toute la complexité de ces enjeux mais aussi la détermination de toute la majorité municipale à combattre ce fléau.
Parmi les sujets abordés : la prise en charge des victimes. Sandrine Charnoz met notamment en avant l’expérimentation conduite à Saint-Antoine pour permettre aux victimes de violences de déposer plainte directement dans l’enceinte de l’hôpital. Et puisque les violences patriarcales concernent également les enfants, Anouchka Comushian rappelle les dispositifs mis en place dans le 12e arrondissement pour prendre en charge et accompagner les victimes mineures. Margaret Kopoka complète en insistant sur la nécessité d’une prise en charge spécifique des femmes en situation de handicap, qui sont au croisement de plusieurs discriminations.

Ce contenu est hébergé par www.facebook.com
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

Aménager l’espace public pour permettre aux femmes de s’y sentir bienvenues

La question des femmes dans l’espace public est également une priorité pour l’équipe municipale du 12e. Ainsi, Nicolas Rouveau annonce la tenue de marches exploratoires dans l’arrondissement pour sécuriser l’espace public. Le principe est d’opérer avec les premières concernées un recensement des lieux où les femmes se sentent le moins en sécurité, afin d’orienter un meilleur aménagement de l’espace public, dans un esprit de concertation, l’un des piliers de cette nouvelle mandature.
Christophe Teisseire insiste quant à lui sur la valorisation du matrimoine comme réponse à une meilleure représentation des femmes dans l’espace public. Mais la question du mobilier urbain n’est pas en reste, avec par exemple le développement du nombre de toilettes publiques mixtes, et non uniquement des urinoirs.
Question aménagement toujours, les cours d’écoles sont également un enjeu de taille. Emmanuelle Pierre-Marie annonce ainsi le déploiement des cours oasis dans le 12e arrondissement. Elles permettent certes leur végétalisation pour éviter les îlots de chaleur urbain, mais dégenrent aussi l’espace des enfants, en assurant une meilleure répartition de l’espace entre les filles et les garçons.

Ce contenu est hébergé par www.facebook.com
En l'affichant, vous acceptez ses conditions d'utilisation
et les potentiels cookies déposés par ce site.

Alice Coffin rappelle quant à elle la nécessité d’orienter les financements publics vers des structures qui luttent elles-mêmes contre les inégalités dans leurs modes de fonctionnement. Elle est rejointe par Guy Tabbacchi, expliquant la réflexion menée autour d’un budget genré, afin que le 12e arrondissement puisse utiliser un outil financier favorisant les dépenses allant dans le sens de l’égalité.
Le milieu sportif est aussi très touché par les inégalités et les violences. Nicolas Bonnet-Oulaldj annonce la mise en place de conventions d’objectifs avec les clubs qui favorisent la féminisation des fonctions dirigeantes, mais aussi l’obligation pour les clubs d’afficher dans un endroit parfaitement visible un numéro d’écoute pour les potentielles victimes.
Les associations féministes du 12e arrondissement

- La Maison des Femmes de Paris
163 rue de Charenton, 75012 Paris.
[mdfdeparis puis gmail.com après le signe @]zqsqrcnevf@tznvy.pbz[mdfdeparis puis gmail.com après le signe @]
- Renaissance Femmes Syriennes
Maison de la Vie Associative et Citoyenne - 181 avenue Daumesnil, 75012 Paris
[renaissancedfs puis gmail.com après le signe @]eranvffnaprqsf@tznvy.pbz[renaissancedfs puis gmail.com après le signe @] .
Cette association tient des permanences à la MVAC et à la Maison des Femmes.
- Baadon
Facebook | Instagram | Twitter
- Le collectif Mille et Une Queer
Twitter | Facebook